Pour le développement de formations pluridisciplinaires obligatoires à destination des acteurs locaux impliqués dans la lutte contre les violences faites aux femmes.

Aujourd’hui encore, alors que nous vivons dans l’ère postmoderne, hommes, femmes, enfants continuent d’être les victimes silencieuses de violences sexuelles et sexistes.
Le 16 mai 2018, je déposais un amendement d’appel visant à renforcer la prévention et l’accueil des victimes de ces violences, à travers la mise en place de formations spécifiques. Grâce à cet amendement, j’interpellais le Gouvernement sur l’importance cruciale du premier accueil et de la première écoute.
Professionnels de santé, travailleurs sociaux, enseignants, gendarmes et policiers sont parfois les premiers relais de ces victimes à qui l’on doit écoute, empathie, information, ainsi qu’une prise en charge à la hauteur de leur souffrance.
Néanmoins, il y a encore du chemin à parcourir car il arrive que certains de ces professionnels ne prennent pas au sérieux certains propos, découragent, minimisent la violence subie, banalisent les faits. Pire, des victimes subissent moqueries, propos sexistes et culpabilisation. Il est temps de sensibiliser les professionnels aux violences sexuelles et sexistes, mais également aux violences faites aux femmes, en expliquant pourquoi celles-ci reviennent parfois auprès de leur conjoint violent et comment se met en place le cycle de la violence.
4790 dsc2947
Différentes structures, comme les CIDFF ou les CIAS, les Centres d’Information des Droits des Femmes et des Familles ou les Centres Intercommunaux d’Action Sociale, fortes d’équipes pluridisciplinaires d’experts et de professionnels, notamment des intervenants sociaux en gendarmerie – dont je salue, à l’occasion de cette prise de parole, le remarquable travail au quotidien, déterminant pour la prise en charge des victimes -, ont conçu ensemble des outils de formation sur les violences sexistes et sexuelles.
Des formations pluriprofessionnelles permettraient de mieux orienter les victimes.
Alors que 101 femmes ont été tuées par leur conjoint et que s’ouvre le Grenelle des Violences Conjugales, il est nécessaire de développer, dans les différents territoires départementaux, des formations pluridisciplinaires obligatoires en direction de tous les professionnels impliqués, afin que ceux-ci se rencontrent et travaillent ensemble, en coordination et de manière transversale.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s