Voeux pour la nouvelle année.

Cette année 2017 fut une année particulière dû aux élections présidentielle et législatives.

Un nouveau Gouvernement avec un Président jeune, volontaire et dynamique et une Assemblée en grande partie renouvelée. Qui est, j’aime à le rappeler, composée de 224 femmes, soit 40 % des Députés.

Nous avons durant ces 6 mois écoulés, travaillés, élaborés et votés un certain nombre de lois comme :

  • La loi sur la confiance dans la vie politique avec notamment la suppression des emplois familiaux, la fin de la réserve parlementaire pour les ministères, les Sénateurs, et les Députés
  • Les ordonnances sur le dialogue social avec une modification du code du travail afin de permettre plus d’échanges entre branches professionnels, entreprises et salariés
  • La loi mettant fin à l’exploitation et à la recherche des hydrocarbures d’ici 2040
  • La loi sur la sécurité intérieure, en instaurant la police de proximité et la fin de l’état d’urgence
  • Le budget sur les finances
  • La loi sur l’accessibilité en université

Puis nous avons animé des chantiers, des ateliers sur nos territoires en concertation avec les différents partenaires notamment :

  • Les états généraux de l’alimentation afin de relancer la création de la valeur et en assurer l’équitable répartition, accompagner la transformation des modèles de production, permettre aux agriculteurs de vivre dignement et promouvoir les choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable.
  • Les conférences de territoire afin de préparer une loi sur la relation de confiance entre les administrations d’état et les élus,
  • Les assises de la mobilité afin de redéfinir certaines compétences et se concentrer sur les besoins de nos territoires ruraux
  • La simplification et le droit à l’erreur
  • Les ateliers de l’assemblée animés par Francois de Rugy afin de modifier le règlement de l’Assemblée Nationale, avec par exemple, la modification du calcul de retraite pour les Députés et la justification systématique des frais de mandat soumis à un contrôle inopiné.

Pour 2018, ce sont quatre grandes réformes qui nous attendent :

  • L’Apprentissage et la formation, afin de permettre à nos jeunes en décrochage scolaire d’avoir des perspectives d’avenir fortes et de redonner une image positive des filières d’excellences.
  • L’Assurance chômage pour permettre à tous, qu’ils soient artisans, commerçants indépendants, entrepreneurs, professions libérales ou agriculteur, d’avoir droit à cette protection.
  • Le Droit à l’erreur renommé pour un état au service d’une société de confiance. Et nous tenons à cette notion de confiance qu’il faut impérativement rétablir entre nos administrations, nos entreprises, nos salariés, nos citoyens et nos élus
  • La Refonte fiscale pour les collectivités : travaille en 2018 pour une mise en place en 2019.

L’idée n’est pas de présenter une liste à la Prévert mais juste de préciser que nous sommes au travail et déterminés à faire évoluer ce pays, lui permettre de retrouver une place au niveau international, recréer une relation de confiance avec les français et surtout redonner du sens à la notion de responsabilité notamment en valorisant le monde du travail.

Il est certain, et je l’avoue, que notre méthode est parfois maladroite, incomprise, impopulaire. Mais nous devons avancer et bousculer les principes et les protocoles. Nous devons faire de la politique autrement.

Voilà maintenant 6 mois que j’ai eu l’honneur d’être élue députée par les administrés de la 11ème Circonscription. La confiance qu’ils m’ont apporté me remplit de fierté et m’oblige.
Quand j’ai débuté cette fonction, après un mois, je me suis posé cette question : quel type de Députée tu veux être ?
Certains préfèrent se jeter à corps perdu dans la mission législative qui nous incombe. D’autres souhaitent faire avancer leur territoire. D’autres encore font les deux.
Pour ma part, j’ai choisi cette dernière option en privilégiant le territoire

Cependant, je reste très lucide sur mes compétences et mon rôle sur ce territoire. Je suis là pour faciliter les échanges, mettre les différentes forces en relation. En aucun cas je ne me substitue aux collectivités. Je souhaite être une facilitatrice mais également une animatrice de territoire.

Je sais que pour certain, je suis un ovni. D’autres disent que je suis illégitime. Ce n’est pas grave, j’avance.
J’assume pleinement ce choix pour essayer de lutter contre l’enclavement de ce territoire en requestionnant la mobilité et le savoir d’usage, lui permettre d’obtenir une couverture numérique et réseau efficiente et être une ambassadrice au service du développement économique.

Tout d’abord parlons mobilité. Depuis une décennie, la Métropole bordelaise ne cesse d’attirer de nouveaux actifs. Bien que cet afflux massif de talents soit source d’opportunités et de fierté pour notre département et notre région, nous devons saisir cette chance pour notre territoire et être force de proposition sur ce sujet. Il est clair que les flux de population entre la 11ème Circonscription et la Métropole sont devenus trop importants pour les infrastructures préexistantes.

De la mobilité, parlons maintenant du numérique.
En début de semaine, Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’État chargé du Numérique auprès du Premier Ministre, était à Bordeaux pour parler de l’inclusion numérique. Preuve que le Gouvernement a bien saisi la problématique que rencontrent bon nombre de citoyens français.
Je souhaite pour notre territoire que le numérique soit synonyme de qualité avec un débit et un réseau téléphonique correcte, afin d’accueillir des entreprises nouvelles, de lutter contre la désertification médicale et d’offrir à nos concitoyens le confort qu’ils méritent.

Néanmoins, pour accompagner ces projets de territoire j’ai besoin de toutes les forces locales. Je sais que la Communauté de Communes de l’Estuaire a su créer au fil des années une dynamique de construction de projet, de partages de bonnes pratiques et de savoir-faire.
Les thématiques cruciales comme l’emploi, la formation des jeunes, l’accompagnement des plus précaires, les violences faites aux femmes et le respect du patrimoine environnemental sont des sujets dont vous avez pris la pleine mesure et agit en conséquence de la plus belle des manières notamment en vous préoccupant du fond des choses.

Seul on ne peut pas grand-chose. La singularité et la diversité de chacun est une richesse qu’il faut exploiter pour tirer vers le haut les territoires et surtout cette haute gironde qui m’est chère.

Je termine mes propos par ces mots d’Antoine de Saint-Exupéry qu’il ne faut pas oublier : Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s